Le Miroir voit le jour en 1910. Jusqu’en 1912 il est imprimé sur du papier journal. Puis sa nouvelle formule est publiée le 4 avril 1912 sous la forme d’un « hebdomadaire entièrement illustré par la photographie » ; il prend alors la succession du supplément littéraire illustré du Petit Parisien. En 1917, un million d’exemplaires se vend chaque semaine. En 1920, Le Miroir devient Le Miroir des Sports.
La particularité de ce périodique est de mettre en place une politique iconographique novatrice pour laquelle le contexte de la guerre 1914-1918 est montré sous un angle particulièrement favorable. La photographie semble le seul support capable de restituer la réalité de la guerre. Non seulement la qualité des reproductions est excellente grâce au procédé de l’héliogravure rotative, mais les thèmes abordés et le choix des clichés sont inédits. Dès le numéro du 14 mars 1915, le miroir lance un appel aux amateurs sous la forme d’un concours photographique permettant aux soldats munis d’appareils photos de révéler leur vie quotidienne sur le front. Cette revue de facture luxueuse s’adresse tout comme L’Illustration à des lecteurs éduqués et de classes sociales élevées ; mais pas seulement, des thèmes plus triviaux sont aussi abordés afin de cibler un public plus large.
240 numéros de cette revue, du 9 août 1914 au 16 mars 1919, ont été donnés aux Archives.

image1.jpg

image2.jpg